Belphegor

 

  

Belphegor,

mini-opéra pour/avec les enfants,

 d'après un conte de Machiavel

 

repris par La Fontaine.

 Musique de Jean-Louis Petit.

 

Cet ouvrage est destiné à servir de support,

en milieu scolaire,

à un travail sur le chant et la voix

débouchant sur un spectacle de fin d'année

 

Editions du Petit Page (editionsdupetitpage@gmail.com)

L'accompagnement musical original est confié au piano seul.

Il existe une version avec orchestre d'instruments à vent

ou d'harmonie.

 

création : 10 juin 2010 à Poissy, sous le patronage

De l'Académie de Versailles

avec la Musique de la Police Nationale dirigée par Alexandre Jung

 opéras pour-avec les enfants de Jean-Louis PETIT

 

 

Consulter la suite page 2 et 3 en cliquant à gauche sur "mes pages"

 

Belphégor

Jean-Louis Petit

D’après La Fontaine et Machiavel

 

 

 

Représentation filmée à Bagneux le 12 février 2012, avec les enfants des écoles accompagnés par l’Orchestre d’Harmonie de la Musique de la Police Nationale,

direction : Jérôme Hilaire :

 

video de la représentation :  

 

http://www.youtube.com/watch?v=3-xkCQ49kXg&feature=relmfu (belphégor 1)

 

http://www.youtube.com/watch?v=S7WPUTM_4Yo (belphégor 2)

 

http://www.youtube.com/watch?v=iTqVtbIo72Q&feature=relmfu (belphégor repetition)

 

 

 

Résumé de l’action

Un jour Satan désigna l’un de ses « adjoints », Belphégor, pour aller sur Terre afin de mener une enquête sur les affaires matrimoniales. Il en avait assez d’entendre les récriminations des humains, hommes et femmes confondus, des plus puissants aux plus humbles, concernant les raisons qui les avait conduits en enfer. Tous en imputaient la faute à leur conjoint. Satan voulait donc en avoir le cœur net.

 

 Il donna dix jours à Belphégor pour lui rendre son rapport.

 

 Arrivé sur Terre Belphégor assista aux bals, aux fêtes, aux carnavals, ce qui lui fit rencontrer beaucoup de monde. Et chaque soir il tenait à jour son grand livre de rapport, y consignant toutes les remarques concernant sa mission.

 

 Cette première tâche accomplie, il décida d’éprouver par lui-même les conditions du mariage et il jeta son dévolu sur « Dame Honnesta », jeune fille douce, tranquille, gentille, belle, calme.

 

 Le lendemain du mariage, Dame Honnesta montra son vrai visage : disputes, cris, hurlements, sermons,…

 

 Seule solution : la fuite.

 

 Il se réfugia chez un fermier, Mathéo, qui possédait des dons d’exorciste. Mathéo lui conseilla de se cacher dans le corps des gens pour pouvoir continuer sa mission et pour mieux les observer. Quand Belphégor voudra en sortir, Matheo, sur sa demande, utilisera la formule magique « Abracadabra ». Mais, attention, la formule ne peut fonctionner que trois fois.

 

 Belphégor se réfugia donc dans le corps d’une belle demoiselle, une première fois, mais, ne s’y sentant pas bien, demanda à Mathéo de prononcer la formule magique pour pouvoir sortir. Une deuxième fois même expérience, puis une troisième fois.

&

 En ce temps là le roi de Naples, dont la fille était possédée, entendit parler de Mathéo et de ses dons d’exorciste. Il le fit venir à sa cour et lui promit une belle récompense s’il parvenait à exorciser sa fille. S’il refusait ce serait le gibet.

 

 Mathéo essaya de lui expliquer qu’il avait épuisé ses trois formules magiques et qu’il ne pouvait dont plus rien faire pour sa fille. Il fut donc conduit au gibet.

 

 Terrorisé Belphégor se réfugia en enfer et rendit son rapport à Satan : « Sire : lui dit-il, le mariage est le plus beau fleuron de votre couronne. Grâce à lui vous êtes assuré de ne jamais manquer de damnés ».

 

 

 

Texte récité et chanté :

 

 

 

Récitant : « Oyez, Mesdames et Messieurs, cette fable de Jean de La Fontaine ; venez faire un petit saut dans le temps et vous transporter avec nous au temps des belles dames et des marauds, au temps des donjons et des gibets de potence... au temps de Belphégor envoyé par le diable sur terre pour mener son enquête sur les affaires  galantes des belles damoiselles et preux gentilshommes. »

 

 Un jour, Satan, Monarque des enfers, faisait passer ses sujets en revue.

 

 1 SATAN

 

L’enfer, l’enfer, Satan en enfer

 

L’enfer, l’enfer, Satan en enfer

 

Un jour Satan en enfer

 

Faisait passer ses sujets

 

Tous ses sujets en revue

 

Tout le monde en rang, alignés

 

Tout le monde en rang, souriez,

 

Cessez de crier, écoutez

 

Satan va bientôt vous parler

 

Satan va tantôt tout régler

 

 

 

Récitant : Là, tous réunis, princes, rois, bergères, marchands, meuniers, mendiants, du plus humble au plus puissant, tous poussaient des cris et des pleurs assourdissants.

 

 

 

(Cris-Pleurs)

 

 

 

Satan, abasourdi, imposa le silence et prit chacun en particulier pour lui demander :

 

« Qui t'a jeté ainsi en enfer ? Qui ? »

 

 

 

2 LA FAUTE

 

C’est mon homme !

 

C’est ma femme !

 

 

 

Récitant : Satan s’interrogeait : « Ils disent tous la même chose, les femmes que c'est leur mari qui les a envoyé en enfer, les maris que c'est leur femme qui les a damnés. Il doit bien y avoir du vrai là-dedans. Vérifions. »

 

Satan réunit son conseil. Il fut décidé d'envoyer un observateur sur Terre. Mais qui désigner ?

 

Le choix se porta sur ...

 

 

 

3 BELPHEGOR

 

Belphégor, Belphégor

 

C’est lui le plus capable,

 

C’est lui le plus aimable

 

Belphégor, Belphégor

 

Il est envoyé sur terre

 

Pour y traiter des affaires

 

Et voir comment il faut faire

 

Pour souffrir, pour gémir, pour mourir.

 

Il est capable, Belphégor !

 

Belphégor, Belphégor,

 

Belphégor, Belphégor.

 

 

 

Récitant : Sa mission devait durer 10 jours.

 

Belphégor s'établit à Florence sous le nom de « Seigneur Rodéric », homme riche, grande maison, grand train, nombreux domestiques.

 

Bals, fêtes, spectacles tous les jours.

 

 

 

 

 

4 LE BAL

 

C’est le bal à Florence

 

Satan mène la danse

 

Il se cache Belphégor

 

Sous son bel habit d’or

 

C’est le plus aimable

 

C’est le plus capable

 

C’est le seul à pouvoir enquêter.

 

 

 

C’est le bal à Florence

 

Satan mène la danse.

 

 

 

Récitant : De cette façon Belphégor rencontrait beaucoup de monde, et bien qu'il fût l'objet de toutes les convoitises, il n'en oubliait pas pour autant l'objet de sa mission.

 

Chaque soir, avant de s'endormir, il tenait à jour son grand livre. D'un côté il avait inscrit les ménages heureux et satisfaits, et la liste en était fort mince. De l'autre étaient répertoriés les ménages déchirés et défaits, et là …

 

 

 

5 LE LIVRE

 

La liste est longue, elle est sans fin,

 

La liste est longue, tel un refrain.

 

Plus de cent pages, écrit tout fin,

 

Plus de cent pages, tel un refrain.

 

 

 

Récitant : Ce travail accompli, il lui resta le plus difficile à faire.

 

 « Il me faut éprouver par moi-même la condition du mariage, se dit-il, c'est la meilleure preuve ».

 

Il jeta son dévolu sur Dame Honnesta, Noble fille pleine de vertus, riche, belle, poursuivie par de nombreux prétendants. Après maintes tergiversations, il obtint un « oui » de la dame, convoqua notaire et magistrat, puis devant l'archevêque et tout Florence réunis :

 

 

 

 

 

6 LE MARIAGE

 

Il se maria avec Honnesta

 

 

 

Récitant : Dès qu'il fut rentré chez lui, Dame Honnesta se montra sous son vrai visage : du matin au soir ce furent des disputes, tout était sujet à débats, sermons, hurlements, contestations. Plus d'une fois les voisins, réveillés la nuit par le vacarme, haussèrent le ton pour obtenir le silence.

 

Rien n'y fit.

 

Pour comble Rodéric dut supporter toute la belle famille, cousins, petits frères, grandes sœurs, oncles, tantes. Il crut perdre la raison.

 

 

 

7 LE TAPAGE

 

Le père, la mère, le cousin, la cousine,

 

Le frère, la sœur, le voisin, la voisine,

 

L’oncle et la tante et toutes ses copines

 

Ils sont tous là, oui !

 

Les voilà criant, bavant,

 

Ils font du bruit, suant, crachant

 

Jamais fini le jour, la nuit

 

Du lundi au sam’di,            oui !

 

 

 

Le jour, la nuit du lundi au sam’di,

 

Le jour, la nuit, jamais fini.

 

 

 

Récitant : Seule solution : …..la fuite.

 

Il gagna la campagne et se retrouva chez un fermier nommé Mathéo à qui il conta sa mésaventure. Il lui  demanda de le cacher.

 

« Pour bien te cacher, le mieux est de te glisser dans le corps des gens, là Dame Honnesta ne pourra pas venir te chercher. Et quand tu voudras en sortir, tu me le  demanderas : il me suffira alors de prononcer la formule magique pour que tu puisses t'échapper.  Mais attention, cela n'est possible que 3 fois, souviens-t'en bien ».

 

 

 

8 ABRACADABRA

 

Abracadabra, Abracadabra,

 

Abracadabra, Abracadabra,

 

 

 

Le mot magique, le mot magique,

 

Seulement trois fois, Abracadabra.

 

 

 

Récitant : Sitôt dit, sitôt fait.

 

Son coup d'essai fut une fille unique, où notre diable galant ne se trouva pas assez bien. Aussi, à son premier signe, Mathéo prononça la formule magique :

 

 

 

9 ABRACADABRA

 

 

 

Récitant : C’était à Rome, il partit pour Naples et se logea pour la deuxième fois dans le corps d'une demoiselle, mais au bout de quelque temps ne s'y sentant pas bien, il fit signe à Mathéo pour qu’il prononce la formule magique.

 

 

 

10 ABRACADABRA

 

 

 

Récitant : L'aventure se produisit une troisième fois.

 

 

 

11 ABRACADABRA

 

Abracadabra, 

 

C’est la dernière fois

 

 

 

Récitant : Le Roi de Naples avait alors une fille, honneur de la famille, pleine de beautés, objet de l'adoration de tous les jeunes princes d'Occident. Belphégor ne tarda pas à s'en emparer. Du jour au lendemain, elle devint possédée. Le Roi ne savait plus qu'inventer pour retrouver sa fille. Il eut l’idée de la faire exorciser. Tous les médecins défilaient au palais pour tenter quelques remèdes et incantations…

 

 

 

 

 

12 LES DIAFOIRUS

 

Vade rétrom

 

Baba au rhum

 

Vade rétrom

 

Petit bonhomme

 

Tiramisu

 

Caramel mou

 

Veux-tu t’en aller,

 

Veux-tu t’en aller,

 

Satan, va-t’en !

 

Satan, va-t’en !

 

 

 

Récitant : Aucun résultat.

 

Belphégor, qui ne souhaitait pas retrouver Dame Honesta, se gardait bien de sortir de sa cachette.

 

Le bruit vint aux oreilles du roi qu'un certain manant nommé Mathéo avait des dons d'exorciste, aussi le fit-il convoquer immédiatement.

 

Il lui ordonna de chasser les démons de sa fille et lui promit une récompense de cent millions d'euros.

 

 

 

13 LES MILLIONS

 

Cent millions d’euros,

 

C’est un beau magot.

 

Cent millions d’euros (soupir).

 

 

 

Récitant : « D’autre part, lui dit le Roi, si tu refuses ce sera la potence ! ».  

 

Le pauvre Mathéo, tremblant et désemparé, essayait de temporiser pour échapper au gibet. Il savait très bien que le mot magique, déjà utilisé 3 fois, n'opérerait plus.  

 

Il répondit : « Ah ! Je suis bien arrivé quelques fois à chasser le diable, mais c'était un tout petit diable, chétif et rabougri. Je ne connais pas celui-ci sur lequel je n'ai aucun pouvoir ».

 

 

 

14 LA COMPLAINTE DE MATHEO

 

Je ne suis qu’un pauvre diable

 

Sans fortune et misérable

 

Je n’ai rien que mon étable

 

Laissez-moi donc vivre en paix.

 

 

 

Oui ce n’est qu’un pauvre diable

 

Sans fortune et misérable

 

Il n’a rien que son étable

 

Laissez-le donc vivre en paix.

 

 

 

Récitant : Mais le Roi ne l'entendait pas de cette oreille et il continuait d'exiger de Mathéo qu’il chasse le diable.

 

De son côté Belphégor n'avait aucune envie de bouger, et en bon diablotin il se réjouissait du vilain tour dont Mathéo allait être la victime.

 

Les gardes du Roi empoignèrent le malheureux Mathéo et, précédés des tambours, ils le conduisirent à la potence. Toute la population fut  conviée au spectacle de l'exécution.

 

 

 

15 LA MARCHE AU GIBET

 

Les tambours, battent les tambours

 

Marche, marche tout près de la tour

 

Il a beau supplier

 

Le Roi n’a pas pitié

 

La corde au cou va lui passer

 

Sans autre forme de procès.

 

Les tambours, battent les tambours

 

Roulent, roulent tout près de la tour.

 

Les tambours, battent les tambours

 

C’est fini, c’est son dernier jour.

 

 

 

Récitant : Quel vacarme !

 

Surpris, terrorisé, Belphégor cria de loin à Mathéo :

 

 « Pourquoi tant de bruit ? Coquin ! Qu'entends-je là ? » Mathéo lui répondit : « C'est Dame Honnesta qui vous réclame. Elle va partout cherchant son époux. »

 

A ces mots, épouvanté, Belphégor s'enfuit au fin fond des enfers et ne revint plus jamais sur terre.

 

Après s'être remis de ses émotions, il conta au diable tout le succès de son expédition.

 

« Sire, dit-il à Satan, le mariage est assurément le plus beau fleuron de votre couronne ! Grâce à lui vous êtes certain de ne jamais manquer de damnés ! »

 

Satan le crut et il fut récompensé !

 

 

 

16 CONCLUSION

 

Belphégor, Belphégor,

 

Il a une belle récompense,

 

Belphégor, Belphégor,

 

Il a eu beaucoup de chance.

 

 

 

C’est l’enfer sur la Terre,

 

N’épousez pas Honnesta, mon Dieu

 

C’est l’enfer sur la Terre,

 

N’épouse pas Honnesta qui veut.

 

 

 

Belphégor, Belphégor

 

Belphégor, Belphégor

 

Honnesta maria

 

D’Honnesta se sauva.

 

 

 

Belphégor, Belphégor, Belphégor, Belphégor,

 

Belphégor, Belphégor, Belphégor.

 

Abracadabra !

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=3-xkCQ49kXg&feature=relmfu (belphégor 1)

 

http://www.youtube.com/watch?v=S7WPUTM_4Yo (belphégor 2)

 

http://www.youtube.com/watch?v=iTqVtbIo72Q&feature=relmfu (belphégor repetition)